AMP 2016


INTERVIEWS

José Miguel Wisnik

par Glória Maron




José Miguel Soares Wisnik est un musicien brésilien, compositeur et essayiste. Il est également professeur de littérature brésilienne à l’Université de São Paulo. Les multiples aspects de son travail vont au-delà de la littérature et de la musique, en se connectant à différents autres champs de la culture.


Le résultat de son métier d’artisan, qui manie chiffres et lettres et circule entre eux, prend forme dans des chansons et textes variés, chantés et lus dans des cours, des représentations théâtrales, et publiés dans des livres ou des journaux connus du pays.


Sa façon de chanter et de dire la musique produit des bandes sonores inhabituelles. On peut en avoir une idée en lisant un de ses livres les plus célèbres : « Le son et le sens », une façon originale d’articuler les pièces détachées pour construire sa propre histoire de la musique. Selon l’auteur, « plutôt qu’une histoire de la musique, c’est un livre sur les voix, les silences, les bruits, les accords, les toccatas et fugues ». Dans ce même livre, il cherche à démontrer que le développement du langage musical occidental dessine un parcours en spirale, oscillant entre deux alternances imposées par la nature même du son et de notre corps : la pulsation et la fréquence.


Les effets de l’impact du son sur la vibration du corps sont un des vecteurs de son travail qui nous touche, et que nous pouvons considérer comme point de départ pour une conversation avec le thème de notre Xème Congrès.


Comment l’incidence des précipités de lalangue de Lacan prend place dans la musique ? Qu’est-ce que la musique peut nous apprendre sur le passage de l’incorporel qui prend forme, et se présente dans le corps comme pure vibration sans sens ?


Ces questions et beaucoup d’autres pourront être posées au cours de cette rencontre entre art et psychanalyse, que nous espérons vibrante et enseignante. Leurs résonances pourront être entendues le 26 avril 2016, lors de l’interview de notre invité par Marcus André Vieira et Sérgio Laia.

[Traduction : Ligia Gorini et Eliane Calvet]


Top